La guitare blues peut prendre plusieurs formes, ce qui signifie que l’apprentissage est un processus évolutif. Cependant, en identifiant des techniques spécifiques, des notes et des modèles à suivre, vous pouvez commencer à trouver vos propres son blues. Apprendre le blues à la guitare est très intéressant pour travailler sa polyvalence et cela vous permettra ensuite de mieux compendre votre instrument et d’apprendre plus facilement d’autres styles. N’hésitez pas à prendre des cours de guitare blues en complément de ces quelques conseils !

son blues guitare

1. L’Open Tuning :

Les tout premiers joueurs de blues ont été en grande partie autodidactes (et beaucoup d’entre eux étaient même analphabètes), et l’un des moyens les plus faciles pour créer différents accords était d’accorder la guitare avec les cordes ouvertes, tels que G (Sol) majeur ou E (Mi) majeur, et ensuite utiliser une lame de métal ou de verre (un couteau de poche ou le goulot de la bouteille) pour changer les accords : c’est la naissance du bottleneck.

2. Le style Picking :

Dans les deux styles que sont le slide et la guitare frettée, les guitaristes de blues mettaient l’accent sur le rythme en battant des notes sur les cordes basses avec leur pouce puis, (ou simultanément,) ils utilisaient le finger-picking pour les cordes plus aiguës et ainsi jouer les accords ou les riffs mélodiques. Cette technique consiste à utiliser chacun de vos doigts sur une corde, le pouce jouant sur les trois cordes les plus graves, puis l’index sur le Sol, le majeur sur le Si et l’annulaire sur le Mi (l’auriculaire ne joue pas). Vous pourrez aussi jouer des arpèges et beaucoup d’autres styles grâce au picking.

3. Utilisation de Slides :

Jouer des accords simples pour soutenir un chanteur de blues est certes une forme de guitare blues – mais jouer des accords avec un slide en est une autre. Vous sonnerez alors immédiatement bluesy lorsque vous déplacerez un slide d’une position à une autre pour jouer les différents accords dans une chanson - surtout si vous le faites de manière expressive. Le slide peut se faire au doigt mais aussi (et surtout) avec un bottleneck, instrument typique du blues qui offre une palettre de son incroyable.

4. Les Progressions d’Accords :

Ce qui définie une chanson de blues est la façon dont les accords sont mis ensemble, aussi appelée la progression d’accords. Bien qu’il n’existe pas d’accord blues, une certaine combinaison d’accords peut rapidement créer une progression d’accords blues. La progression de blues la plus commune est le blues à 12 mesures. C’est un schéma très utilisé en blues et simple à réaliser.

5. Les Triades Blues :

Les accords utilisés dans le blues comprennent des triades majeures et mineures (ce sont des accords composés de trois notes simples), des accords de 7e de dominante, des triades avec un 7e bémol (réduit d’un demi-ton) ajouté, et même des accords de jazz avec des noms complexes comme le G13 b9 / b5. Mais derrière ce jargon qui peut faire peur, vous retrouverez souvent des accords récurrents et vous comprendrez rapidement comment un accord se construit.

6. la Blue Note :

Le blues a un langage harmonique et mélodique, et même une gamme qui porte son nom: la gamme blues à 6 notes. C’est une gamme pentatonique avec une note ajoutée, la fameuse blue note. Si la musique est décrite comme “bluesy”, cela signifie généralement que la mélodie emprunte ou fait appel à des notes de la gamme blues (surnommé “blue notes”) plutôt que les gammes majeures et mineures standards qui composent les autres styles de musique. Une blue note est généralement abaissée d’un demi-ton. Les notes bleues peuvent être considérées comme des notes ajoutées à la gamme majeure ; ces notes sont les 3e, 5e et 7e degrés abaissées d’un demi-ton.

Nous vous avons donc fait partager les bases pour obtenir un bon son bluesy à la guitare. Maintenant, c’est à vous de les appliquer et de vous entraîner au mieux. Bon courage dans votre apprentissage guitaristique !